Passer au contenu principal

L’École de gestion Telfer fait encore bonne figure à la compétition annuelle Rotman International Trading Competition

L’École de gestion Telfer fait encore bonne figure à la compétition annuelle Rotman International Trading Competition

La Rotman International Trading Competition (RITC) de l’Université de Toronto rassemble quelques-unes des meilleures écoles de gestion au monde pour une simulation intensive d’une durée de trois jours. Parmi les 52 écoles participantes, l’École de gestion Telfer de l’Université d’Ottawa a magnifiquement su tirer son épingle du jeu en obtenant la 13e position. L’École de gestion Telfer a notamment surpassé les écoles suivantes : McGill, Pennsylvania State University, Columbia, University of Chicago, Western, Queen’s, The Shanghai Advanced Institute of Finance et University of Hong Kong.

L’équipe de cette année était composée de six de nos étudiants en finance les plus performants : Evan Friend, Danika Fu, Jack Lau, Dmitry Shorikov, William Tu et Patrick Winogron. Ils ont été encadrés par Pouya Safi, gestionnaire du Laboratoire de recherche et d’apprentissage en finance. L’équipe a été formée après la performance exceptionnelle de chaque étudiant lors du concours sur les opérations boursières de l’École de gestion Telfer en octobre. Depuis, l’équipe s’est rencontrée régulièrement pour élaborer sa stratégie et s’entraîner sur le logiciel RIT. Tous ceux qui sont passés devant le Laboratoire de recherche et d’apprentissage en finance ont probablement vu ces étudiants se préparer au concours. Cette préparation est devenue de plus en plus intense à mesure que le concours approchait. Au début de la semaine d’étude, les membres de l’équipe de la RITC s’entraînaient toujours; ils passaient souvent plus de 12 heures d’affilée au laboratoire. Même dans le train se rendant à Toronto, l’équipe a continué à perfectionner ses stratégies.

La série d’événements a commencé avec une cérémonie de bienvenue et une présentation de l’événement. Une ronde de criée à haute voix s’est aussi déroulée pour que les concurrents puissent exercer leur stratégie. Jack Lau a remporté la 2e position!

Cette année, la compétition a été divisée en six événements officiels qui se concentraient sur les thèmes suivants : options (les options), sales & trading (la vente et la négociation), commodities (les produits de base), fixed income (le revenu fixe), algorithmic trading (la négociation algorithmique) et quantitative outcry (la criée quantitative). Les concurrents étaient surtout des étudiants à la maîtrise en finance, en mathématiques, en ingénierie financière et en modélisation financière quantitative.

La première de ces compétitions était le cas BP Commodities (produits de base de BP). Les membres de l’équipe devaient tenir le rôle de négociants, de producteurs ou de raffineurs. L’équipe devait collaborer pour interpréter les signaux du marché, faire le commerce de divers produits de base du pétrole et faire des transactions sur les contrats à terme. L’équipe d’Ottawa a traité ce cas avec brio et a remporté la 6e position à cet événement.

Dans le cas des options, l’équipe devait analyser les données du marché pour échanger différentes options d’achat d’un fond négocié en bourse fictif. Les concurrents ont élaboré un modèle qui a recueilli, interprété et modélisé ces données, et ont conçu une stratégie pour faire avec succès des transactions liées aux données de ce modèle. La stratégie finale combinait des mesures de volatilité, une couverture en delta neutre et un arbitrage du prix, ce qui a valu à l’équipe la 6e position.

Avec deux sixièmes positions après la première journée, l’Université d’Ottawa entamait le jour suivant en 6e position! Lors de la deuxième journée, les concurrents ont pu s’affronter sur des cas tels que le risque de crédit, la négociation algorithmique et la criée quantitative.

Le cas S&P Global Credit Risk (risque de crédit de S&P Global) comprenait la tarification de produits de sociétés à revenu fixe et le calcul des risques. Pour prédire la trajectoire des prix et la capacité de la compagnie à rembourser ou non sa dette, des formules comme la différence implicite des prix et la méthode Altman Z-scores ont été utilisées. Après avoir fondé de très grands espoirs de succès sur ce cas, l’Université d´Ottawa s’est classée dans les 20 meilleures.

Le cas Sales & Trading (vente et négociation), commandité par Flow Traders, a aussi été un événement important pour l’équipe, qui y a obtenu la 14e position. Ce cas exigeait des participants qu’ils tiennent le rôle d’un négociant et qu’ils effectuent des évaluations rapides du risque de liquidité. Tout au long du cas, les négociants devaient évaluer la valeur et le niveau de risque d’une douzaine d’offres publiques d’achat et effectuer des transactions relativement aux positions obtenues par ces offres publiques d’achat. Le succès était déterminé par la capacité de l’équipe à gérer les risques du marché tout en exploitant les occasions de tenue de marché.

Le cas Algorithmic Trading (négociation algorithmique), où l’équipe a terminé dans les 25 meilleures, portait sur l’élaboration d’un algorithme de négociation qui analyserait les données du marché et effectuerait des transactions en fonction de ces données, tout en évitant les sanctions du marché. Ce cas demandait une préparation considérable et a été exécuté par un seul membre de l’équipe, Dmitry Shorikov, qui a été isolé dans une salle fermée.

La compétition la plus excitante a certainement été le cas Quantitative Outcry (la criée quantitative). Ce cas comprenait deux membres de l’équipe agissant comme analystes du marché et incorporant les données du marché à un modèle du PIB de plusieurs pays dans le but d’évaluer un indice boursier. Cette évaluation était ensuite transmise par des signaux manuels silencieux à deux autres membres de l’équipe travaillant sur un parquet à la criée. Ces joueurs, habillés dans des costumes colorés pour les rendre plus visibles par les analystes, achetaient et vendaient en fonction des instructions des analystes.

Parmi les équipes de l’Université d’Ottawa qui ont participé à l’événement ces quatre dernières années, l’équipe de cette année était l’une des mieux préparées et des plus déterminées. L’équipe a amélioré les résultats de l’École par rapport aux années précédentes; il est facile de comprendre pourquoi quand on constate tous ses efforts de préparation et d’entraînement. L’équipe de la RITC s’est réunie tous les dimanches depuis novembre 2016 afin de s’exercer et d’élaborer des stratégies. Les étudiants qui retourneront à l’École au prochain semestre sont déjà déterminés à améliorer leur performance de 2017, et les finissants de cette année auraient bien souhaité avoir une nouvelle chance. Nous remercions spécialement M. Pouya Safi, le département de marketing de l’École de gestion Telfer, le Conseil étudiant Telfer et le Centre des carrières pour leur aide relativement au financement des dépenses liées à la participation au concours.

Tous les ans, l’équipe cherche à ajouter de nouveaux talents, et c’est en octobre 2017 qu’aura lieu le recrutement dans le cadre du concours sur les opérations boursières de l’École de gestion Telfer. Si les domaines des investissements, du commerce, de la modélisation financière vous intéressent ou que vous souhaitez simplement vous impliquer davantage, n’hésitez pas à vous inscrire au concours. L’équipe encourage les étudiants à tenter leur chance ou à communiquer avec ses membres pour plus de renseignements.

Principaux résultats :

  • Classement général : 13e position
  • Criée à haute voix (Social Outcry) : 2e position – Jack Lau
  • Produits de base (Commodities) : 6e position
  • Cas des options (Options Case) : 6e position

Publication : 14 mars 2017 | Catégorie : Actualités

Fermer