Passer au contenu principal

Christina Georgiou
Christina Georgiou
4th Year Accounting Student

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui se passe au labo de finance chaque mercredi, à 17 h 30? Bienvenue au Programme de mentorat sur les marchés financiers (CMMP) et au Fonds de capital Telfer (TCF), un programme qui vous pousse à apprendre!

Pour obtenir des renseignements techniques sur le programme, consultez le site Web du Centre des carrières. J’aimerais vous faire part de mon expérience personnelle dans le cadre de ce programme et vous convaincre de l’importance d’avoir une plus grande représentation des femmes dans ce programme pour les prochaines cohortes.  

D’abord, revenons à ce qui se passe chaque mercredi. Si vous passiez à côté du labo à 17 h 30, vous verriez une trentaine d’étudiants, tous vêtus professionnellement en train d’écouter un conférencier. Les conférenciers invités au labo sont des mentors dont la contribution aux étudiants dépasse largement leur présentation au labo. Ils peuvent aborder autant des questions de gestion du patrimoine ou que des aspects liés au développement professionnel ou personnel. Pour ma part, j’apprends toujours du nouveau de chaque conférencier. Ils sont experts dans leur domaine et, à eux seuls, ont plus d’expérience que les 30 étudiants réunis. Ils n’embellissent pas les choses non plus; il faut beaucoup de travail et de passion pour réussir une carrière dans les marchés financiers.  

Autour de 19 h, le conférencier quitte la séance pour laisser place à la seconde moitié du programme, où les étudiants passent du CMMP au Fonds de capital Telfer. Nous sommes chargés de prendre de judicieuses décisions d’investissement rentables pour le labo de finance et donc, pour tous les étudiants de Telfer. C’est en prenant ces décisions d’investissement qu’a lieu le mentorat le plus important selon moi. Le niveau de connaissance est très différent d’un étudiant à l’autre. Ainsi, nous agissons en tant que mentors les uns pour les autres afin d’améliorer nos idées d’investissement et de mieux défendre nos choix. Il s’agit réellement d’une chance inouïe de faire partie de ces 30 étudiants dévoués qui sont toujours prêts à aider, même une fois le programme terminé.

Comme vous pouvez le constater, j’ai trouvé cette expérience très enrichissante. Mais le programme reste aux prises avec un défi : le manque de femmes intéressées. Cette réalité laisse notre conseil d’administration et nos dirigeants perplexes depuis trois ans. Peut-être que ce programme est vu comme un club sélect réservé aux hommes et qu’il est intimidant d’y voir 27 hommes et seulement 3 femmes y participer. Il est possible que les étudiants ne reçoivent pas assez d’information sur les avantages du programme et le respect qui existe entre les participants. C’est possible, mais j’espère que ma description du programme ci-dessus aura clarifié certains aspects du programme. Il n’y a que du respect entre chaque étudiant et chaque conférencier qui participent au Fonds de capital Telfer. Les femmes doivent toutefois y être mieux représentées pour enrichir notre réflexion et approfondir nos discussions.

Finalement, si vous avez l’impression que le TCF s’adresse uniquement aux étudiants qui veulent travailler dans le secteur des services bancaires d’investissement, vous avez tort. Le programme peut ouvrir tellement de portes et abordera des sujets dont vous n’aviez aucune idée, vous fera réfléchir à votre parcours et vous incitera à continuer à apprendre.


© 2018 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

Fermer