Passer au contenu principal

Yasmina Zeidan
Yasmina Zeidan
Étudiante en 2e année de ressources humaines

Nous l’avons tous déjà entendu. Que nous valons beaucoup plus que notre diplôme. Mais que veut-on dire par là? Valons-nous VRAIMENT plus que nos résultats scolaires? Plus que notre relevé de notes?

Oui, c’est bien le cas. Mais ce n’est pas pour les raisons que vous croyez. Je veux vous parler aujourd’hui de ce que cela signifie réellement pour nous, étudiants, d’avoir du succès.  

Bien sûr, nous savons tous à quel point il est important d’avoir une bonne MPC et des expériences parascolaires intéressantes. C’est vrai, ces deux éléments sont tout aussi importants et en tant qu’étudiants de Telfer, nous devons trouver un équilibre entre les deux pour assurer notre succès lorsque nous ferons notre entrée dans le « monde réel ».

Mais la question est de savoir ce que signifie le « succès » dans ce contexte. Est-ce de trouver un emploi? Un emploi de RÊVE? D’avoir une expérience universitaire enrichissante?  

La réponse est différente pour tous, mais le « problème » est que nous voulons atteindre ce but ultime propre à de nombreux autres étudiants autour de nous, ce qui crée cet esprit de compétition. Et c’est là le nœud du problème.

Les étudiants entendent à gauche et à droite qu’ils doivent se distinguer des autres étudiants, ce qui est normal. Cela fait partie du milieu des affaires et du processus de recherche d’emploi. Mais je constate souvent que les étudiants se mettent de la pression et participent aux activités et aux clubs parce qu’ils se sentent OBLIGÉS et non parce qu’ils le VEULENT vraiment. Techniquement oui, nous devrions nous pousser à nous impliquer sur le campus pour avoir des expériences variées favorables aux yeux des employeurs. Mais nous avons tendance à oublier que les employeurs veulent aussi que nous soyons authentiques, c’est-à-dire que nous participions à ces clubs et événements parce que nous le voulons et non juste parce que d’autres le font.

J’entends souvent des étudiants dire qu’ils ont l’impression de ne pas être « à la hauteur ». Si vous leur demandez pourquoi, ils répondent que c’est parce que tout le monde semble en faire plus qu’eux. Est-ce important si étudiant X est membre de trois clubs et vous, d’un seul? Est-ce important si étudiant Y était capable d’assumer un poste de représentant de première année et de maintenir de bonnes notes et vous, non?

En réalité, ce n’est pas important. Nous devons tous chercher à donner le meilleur de nous-mêmes, à accomplir des choses et à participer aux événements et clubs qui nous intéressent, mais nous devrions faire toutes ces choses parce que nous le VOULONS et parce que nous cherchons sincèrement à nous améliorer et grandir. Si nous le faisons par sentiment d’obligation, nous pourrions ne pas avoir la volonté d’y mettre notre 100 % d’effort et d’apprendre de ces expériences. En quoi est-ce bénéfique pour vous ou pour un employeur, alors?

C’est une chose d’avoir le sentiment d’en faire trop peu et c’en est une autre d’avoir l’impression d’en faire trop peu au tout début de ses études. Je n’ai participé à aucune activité parascolaire pendant ma première année parce que je voulais me concentrer sur mes résultats scolaires et m’adapter à la vie universitaire, et je ne le regrette pas du tout! Oui, s’impliquer au cours de sa première année peut être une excellente façon de s’adapter à la vie universitaire, mais je me connaissais et je savais que je serais beaucoup plus à l’aise d’y aller à mon PROPRE rythme, et non à celui de quelqu’un d’autre. Maintenant, je me suis jointe à un club et je suis ambassadrice du Centre des carrières. Il n’est jamais trop tard pour s’impliquer!  

Il est tout aussi important d’avoir une bonne personnalité et de développer ses compétences en communication à chaque occasion possible. Lorsque je travaillais au sein de la division des RH à l’ACIA, mon gestionnaire me rappelait toujours qu’il est possible d’apprendre aux gens les compétences techniques nécessaires pour un poste, mais qu’il est impossible de leur apprendre à avoir une bonne personnalité. C’est pourquoi notre succès, en tant qu’étudiants en gestion, dépend de notre volonté de nous améliorer comme personne, d’avoir un bon esprit d’équipe, d’être courtois, de savoir gérer des situations sociales, d’être de bonne compagnie et d’aimer les gens.

Et dans ce contexte, le succès signifie d’être une bonne personne, d’obtenir de bonnes notes et de chercher à vivre de nouvelles occasions et expériences d’abord et avant tout parce que vous le voulez. Et vos futurs employeurs verront en vous cette authenticité.

Voici donc les leçons à retenir :

  1. Vos études correspondent à VOTRE parcours. Allez-y à votre propre rythme et ne vous comparez pas aux autres.
  2. Votre expérience universitaire est le temps idéal pour une autoréflexion sur vos traits et votre personnalité. Profitez-en pour assister à des événements de réseautage et participer à des projets de groupe pour vraiment bâtir vos habiletés en communication, votre entregent et vos compétences intrapersonnelles.  
  3. Dans l’ensemble, tâchez d’être la meilleure version de vous-même à tout moment. C’est ce qui fait que vous valez BIEN PLUS que les chiffres sur votre relevé de notes. 

© 2018 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

Fermer