Passer au contenu principal

Daina Mazutis

Daina Mazutis est nouvellement titulaire d’un fonds professoral en éthique, responsabilité et gestion durable à l’École de gestion Telfer. Ses recherches sont centrées sur le développement de la sensibilité des organismes aux questions sociales et environnementales. Ayant étudié dans des domaines qui se situent à l’intersection de trois facteurs – stratégie, leadership et responsabilité d’entreprise – la professeure Mazutis souhaite mieux comprendre les barrières et les outils clés qui permettront l’adoption de pratiques durables.

« Des attentes plus élevées du public pour des entreprises citoyennes ont mené, à une extrémité du spectre, à des initiatives « écoblanchissantes » dont l’objectif est de détourner l’attention de l’inaction, ou pire, de la mauvaise conduite, et à l’autre extrémité, à des efforts considérables pour relier la notion de « faire le bien » avec celle de « bien  faire », affirme la professeure Mazutis, qui enseigne un cours sur les questions sociales des affaires. « Pour mieux réussir, nos étudiants et nos futurs dirigeants d’entreprises devraient aborder les questions sociales et environnementales auxquelles les organisations d’aujourd’hui sont confrontées comme s’il s’agissait d’enjeux stratégiques cruciaux qui nécessitent une meilleure compréhension du rôle de l’entreprise dans la société ».

Daina Mazutis possède un ensemble de compétences en leadership et en industrie bien adaptées à cette tâche – en s’appuyant sur son expérience universitaire (titulaire d’un doctorat de l’Université Western, et plus récemment professeure de stratégie à IMD, Lausanne, en Suisse). Elle a travaillé pendant plus de 10 ans en publicité, marketing, consultation et ventes. Elle était spécialisée dans la planification stratégique, la recherche, le développement et la mise en œuvre de campagnes de marketing nationales pour de grandes entreprises multinationales. Sa participation directe à plusieurs initiatives stratégiques a éveillé son intérêt pour une meilleure compréhension des leaders qui mettent en application des solutions durables et des comportements éthiques; « ceux et celles qui sont prêts à aller au-delà des pratiques normalement exigées ».

La capacité d’abolir des pratiques non durables au sein d’une entreprise affecte sans doute la culture de l’entreprise et ses employés. Les employésde leur côté, réalisent non seulement les aspirations des leaders : ils peuvent faire progresser les demandes de pratiques encore plus durables dans la structure de gestion. Par ailleurs, les clients ont, grâce aux médias sociaux, une plateforme beaucoup plus grande qu’avant pour demander des changements. « Mais le fait d’harmoniser les qualités du leader et la stratégie d'entreprise constitue probablement le plus important facteur pour déterminer si une entreprise deviendra un leader exemplaire ou un traînard », affirme la professeure Mazutis.

« Si nous voulons que les entreprises sortent du lot en ce qui concerne les pratiques durables, nous devons comprendre le rôle du leadership et de la stratégie, mais également ces autres agents du changement. La manière dont les entreprises atteignent une position plus intéressante en termes de durabilité, la personne qui les y dirige, et les facteurs qui deviennent les principaux éléments qui motiveront les entreprises à se transformer sont tous des questions d’importance centrale dans ma recherche ».

© 2018 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

Fermer