Passer au contenu principal
Walid Ben Amar

Selon une étude réalisée par le Centre de recherche en comptabilité et en gouvernance – CPA Canada (CRCG-CPA), la représentation des femmes dans la salle du conseil d’administration (CA) fait en sorte qu’il est plus probable qu’une société divulgue les risques liés aux changements climatiques.

Walid Ben Amar, professeur de comptabilité et directeur exécutif du CRCG-CPA de l’École de gestion Telfer, Millicent Chang de l’University of Western Australia et Philip McIlkenny de l’École de gestion Telfer ont examiné à l’aide d’un échantillon d’entreprises canadiennes, de 2008 à 2014, l’influence de la diversité des genres dans la salle du CA sur la décision d’une entreprise à répondre volontairement au questionnaire du Carbon Disclosure Project (Projet de divulgation des émissions carbone - CDP).

Les résultats viennent corroborer d’autres recherches qui démontrent l’effet positif d’une grande diversité des genres sur l’adoption de pratiques de responsabilité sociale d’entreprise (RSE) ainsi que sur la qualité des rapports financiers. Selon ce que les chercheurs rapportent dans le Journal of Business Ethics, la diversité des genres améliore l’efficacité du CA en ce qui a trait à la gestion des parties prenantes et favorise l’adoption d’initiatives en matière de durabilité.

Le CRCG-CPA fournit une preuve canadienne que la participation des femmes dans la salle du CA est positivement reliée à la divulgation volontaire d’information sur les changements climatiques, après que les attributs du CA et les facteurs liés à l’entreprise ont été pris en compte. Les données confirment également l’idée selon laquelle la diversité des genres dans la salle du CA doit atteindre une « masse critique » d’au moins deux femmes directrices avant que se fasse sentir cet impact.

Dans l’ensemble, M. Ben Amar note que les conclusions corroborent les récents changements introduits par la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO) visant à accroître la participation des femmes aux CA et aux postes de haute direction. La CVMO vient d’annoncer la tenue d'une table rondepour discuter des progrès réalisés sur le plan de la représentation des femmes au sein des conseils d'administration.

« En 2014, la CVMO a introduit une règle de “conformité ou d’explication” en ce qui concerne la représentation des femmes dans les conseils d’entreprises cotées en bourse, de manière semblable à la démarche utilisée en Australie, au Royaume-Uni et aux États-Unis, et la preuve issue de notre étude est claire : les directrices améliorent la transparence des divulgations faites par les entreprises en ce qui concerne les risques liés aux changements climatiques ».

© 2018 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

Fermer