Passer au contenu principal

Muriel Mignerat

Se connaître soi-même : ça vaut tout autant pour les organisations que pour les individus; c’est un prélude incontournable pour tout changement majeur au sein d’une organisation. Les employés, les services, etc. doivent bien cerner leur rôle en tant qu’acteurs organisationnels et ce qu’ils veulent accomplir.

C’est un principe que les directeurs des systèmes d’information (DSI) et les gestionnaires en systèmes d’information (SI) feraient bien de suivre, dit Muriel Mignerat, professeure à l’École Telfer de gestion. Elle a récemment étudié la transformation sur cinq ans de la fonction TI dans un grand établissement canadien de santé mentale et l’une des conclusions de ses recherches est que les DSI et les directeurs des SI doivent pouvoir définir la valeur que devraient avoir les TI dans l’organisation.

« Est-ce que c’est de fournir des SI pour le moins cher possible? D’identifier les technologies émergentes, de leur trouver des applications novatrices au sein de l’organisation et de les mettre en place? Ou bien de servir de catalyseur du changement dans les procédés opérationnels? Ou bien encore la fonction des TI est-elle essentiellement de gérer les relations entre les fournisseurs et les unités fonctionnelles, pour que les besoins de l’organisation puissent être satisfaits?  Avant qu’un changement soit possible, les DSI et les directeurs des SI doivent  avoir un sens clair de la fonction actuelle des TI et de leur fonction souhaitée. »

Ce message peut paraître simple. Les organisations attendent de plus en plus de leurs TI (et de leur fonction TI) qu’elles les aident à s’adapter rapidement au changement et à atteindre des niveaux de rendement plus élevés. Mais, du fait de l’évolution rapide du monde numérique, il est devenu plus difficile de définir ce que cela veut dire dans la pratique pour le rôle des TI, dit Mme Mignerat. Et pour les DSI et les directeurs des SI qui sont supposés stimuler les changements radicaux reposant sur les TI, la façon de procéder n’est pas toujours manifeste.

L’étude démontre que ces transformations doivent commencer par un sens précis de la fonction des TI. « Les fonctions TI peuvent évoluer – et doivent le faire – pour être en phase avec la vision d’avenir et les motivations des organisations. Mais sans une bonne compréhension de la valeur que devraient avoir les TI dans l’organisation, la gestion du changement dans les TI devient une entreprise très difficile. »

Pour plus d’information
L’équipe de recherche comprenait Manon Guillemette (Université de Sherbrooke), Muriel Mignerat (École Telfer) et Guy Paré (HEC Montréal). Leur article qui avait pour titre « The role of institutional work in the transformation of the IT function: A longitudinal case study in the healthcare sector » vient de paraitre dans la revue prestigieuse Information & Management.

© 2018 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

Fermer