Passer au contenu principal

Tel que le soulignait le dernier budget fédéral, l’innovation génère de la croissance économique en plus d’offrir « des possibilités d’améliorer notre qualité de vie : des soins de santé meilleurs et plus efficaces, des villes plus intelligentes et connectées et une énergie plus propre et durable, parmi de nombreux autres exemples ».

Cette observation décrit également bien la contribution des petites entreprises socialement responsables au Canada, selon Martine Spence, professeure à l’École de gestion Telfer.

« Les petites et moyennes entreprises (PME) font progresser le développement durable, et leur rythme d’adoption des pratiques de gestion responsable dépend de la volonté des entrepreneurs », avance-t-elle. « Il est plus facile pour les PME d’être novatrices et souples parce que ce ne sont pas des actionnaires qui mènent la barque, ce sont de véritables entrepreneurs, des individus proactifs et qui prennent des risques. Les dirigeants des PME ont une plus grande marge de manœuvre, ce qui leur permet de changer de cap et d’adopter des pratiques responsables plus facilement et plus rapidement que ne peut le faire la direction d’une grande entreprise. »

Dans le cadre de ses travaux, la Pre Spence s’intéresse particulièrement à la façon dont les PME adoptent une approche de développement durable. Elle étudie entre autres les motivations, les comportements et les préférences des exploitants de PME en réponse aux politiques publiques. Ses travaux la ramène généralement au point de vue de l’entrepreneur qui dirige la PME et à la souplesse de l’entreprise, qui semble plus grande que celle des grandes entreprises.

C’est une raison pour laquelle elle juge l’introduction dans le dernier budget fédéral de programmes destinés aux PME comme un élément très prometteur. En particulier, celui qui propose de consacrer jusqu’à 50 millions de dollars au lancement d’un nouveau programme d’approvisionnement, Solutions innovatrices Canada, inspiré du très fructueux programme américain baptisé Small Business Innovation Research.

La Pre Spence soutient que, pour établir une croissance économique saine et bâtir une société durable, les PME sont justement les organisations sur lesquelles il faut se concentrer. « Ces entreprises sont la base de l’économie, et elles n’hésitent pas à miser sur des pratiques écologiques : cela amène à favoriser les transports actifs (la marche et le vélo), à chercher des façons de réduire leur empreinte carbone ou à investir dans des technologies moins énergivores. »

Tout cela résulte en grande partie de l’ouverture d’esprit de leurs dirigeants, indique la Pre Spence. « Enlevez le chapeau d’entrepreneur à l’un de ces dirigeants, et vous trouverez souvent un citoyen qui est prêt à discuter de durabilité, qui établit un lien étroit entre les pratiques responsables et la qualité de vie au sein de sa collectivité, et qui est bien positionné pour engager son entreprise sur la voie de la responsabilité sociale et environnementale. »

© 2018 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

Fermer