Passer au contenu principal

Santé

Fournir aux médecins des données probantes tirées de publications scientifiques lorsqu’ils en ont besoinest peut-être l’étalon de référence en médecine factuelle, mais il y a un problème. Les cliniciens ne s’entendent pas nécessairement sur ce que sont les données probantes les plus utiles au point d’intervention pour la prise en charge d’un patient.

Des chercheurs de la City University de Londres, de l’École de gestion Telfer, du CHEO et de la Poznan University of Technology ont récemment mené un sondage auprès de vingt-deux urgentistes pédiatriques d’hôpitaux d’enseignement au Canada. Ils leur ont demandé d’évaluer la pertinence des données probantes sous la forme d’examens systématiques d’un ensemble commun de cas. En particulier, les examens systématiques de la Bibliothèque Cochrane, une source largement utilisée de données probantes en médecine, ont été extraits automatiquement pour 14 profils de patients, en l’occurrence des patients pédiatriques atteints d’exacerbations de l’asthme qui se présentent à l’urgence. Les médecins ont qualifié les données probantes de « très pertinentes » à « non pertinentes » pour un patient, leur évaluation se situant la plupart du temps quelque part à mi-chemin.

Autrement dit, aucun consensus ne s’est dégagé quant à ce qu’est une donnée clinique pertinente pour un patient donné. Différents facteurs influençaient manifestement la perception des médecins de ce qu’est la « pertinence ». Cette constatation donne à penser qu’en présentant des données probantes au point d’intervention, celles-ci doivent être fortement personnalisées en fonction des préférences des médecins et de facteurs propres à la culture d’un milieu clinique. L’étude a été menée par D. O’Sullivan, S. Wilk, C. Kuziemsky, W. Michalowski, K. Farion et B. Kuwawka. Tous sont affiliés au groupe de recherche Mobile Emergency Triage (MET) de Telfer, qui réalise des études visant à fournir du soutien informatique pour régler des problèmes décisionnels se produisant au point d’intervention dans un établissement de santé.Lire l'article et en apprendre davantage.

 

© 2018 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

Fermer