Passer au contenu principal

Darlene Himick

 

Maintenant que les médias sociaux leur en donnent les moyens, des investisseurs particuliers qui n’avaient guère leur mot à dire autrefois sur le comportement des entreprises exercent une influence sur les régimes de pension dont ils sont membres. Il s'agit d'un important changement qui sera examiné par la professeure Darlene Himick dans le cadre d’une nouvelle recherche financée par le CRSH.   

On a assisté ces dernières années à une augmentation rapide des fonds et des actifs canadiens gérés en fonction de facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), affirme la professeure Himick. Pendant la même période, l’Internet a « fournis aux particuliers le désir et des possibilités d’agir et de s’organiser en tant qu’actionnaires ». Mais les mécanismes de cette participation ne sont pas clairs en même temps que de nombreuses questions secondaires restent encore sans réponse. Par exemple : quand il est question de considérer les enjeux tels que le changement climatique, est-ce que les individus et les investisseurs institutionnels voient le risque du même œil? Ont-ils des conceptions différentes du risque? 

La professeure Himick explique que les investisseurs institutionnels qui le souhaitent peuvent depuis longtemps faire pression sur une entreprise pour qu’elle fournisse plus d’informations relatives au changement climatique, contrairement aux particuliers. « Ce n’est que maintenant que nous voyons des individus prêts à s’organiser dans le but spécifique de repenser les risques afin d’entraîner des changements environnementaux et sociaux. 

« En étudiant les façons dont les investisseurs particuliers s’organisent pour être des actionnaires militants, nous sommes en mesure de mieux comprendre leur nouveau rôle. Nous voyons donc des intervenants capables d’accéder à l’information et de l’utiliser pour avoir des interactions déterminantes avec les entreprises dans lesquelles ils ont placé l’argent de leur retraite future. » 

© 2018 École de gestion Telfer, Université d'Ottawa
Politiques  |  Urgences

Fermer